LEGGI
BENI IN PERICOLO
INTERVENTI E RECENSIONI
RASSEGNA STAMPA
COMUNICATI DELLE ASSOCIAZIONI
EVENTI
BIBLIOGRAFIA
STORIA e FORMAZIONE del CODICE DEI BENI CULTURALI E DEL PAESAGGIO
LINK
CHI SIAMO: REDAZIONE DI PATRIMONIOSOS
BACHECA DELLE TESI
per ricevere aggiornamenti sul sito inserisci il tuo indirizzo e-mail
patrimonio sos
in difesa dei beni culturali e ambientali

stampa Versione stampabile

Parigi. Notre-Dame : les ouvriers en ordre de bataille
Sibylle Vincendon
Liberation, 11/09/2019

L’ancien chef d’état-major des armées Jean-Louis Georgelin, à la tête du chantier de la cathédrale, a réuni ses troupes pour évaluer les dégâts et organiser la restauration de l’édifice parisien.


Pour le moment, l’équipe chargée de mener à bien la restauration de Notre-Dame est en petit commando. Chargé par le président de la République de diriger la reconquête de la cathédrale de Paris détruite par les flammes, le général Jean-Louis Georgelin a appelé autour de lui l’ingénieur général de l’armement Philippe Jost et l’ancien patron de l’architecture à la SNCF, Jean-Marie Duthilleul. Le QG des opérations tient dans une pièce à l’Elysée, mais ça ne va pas durer. L’établissement public sera établi par décret début novembre et comptera une trentaine de personnes.

Vitrine. Un soldat en sauveur du patrimoine ? Le choix a pu sembler étrange. Mais vu le terrain miné qui attend les reconstructeurs, ce n’était pas le plus mauvais. «Le général Georgelin a un sens tactique et stratégique incroyable», dit Jean-Marie Duthilleul, qui n’a peut-être plus fréquenté de hauts gradés depuis son service militaire. L’ancien chef d’état-major des armées a-t-il déjà déployé son sens tactique pour faire taire les innombrables experts autoproclamés qui se sont exprimés sur la restauration ? En tout cas, on ne les entend plus. Bon début.

Côté organisation, le général a prévu un organigramme sans chichis. Duthilleul est là pour parler le même langage que Philippe Villeneuve, l’architecte en chef des monuments historiques, responsable de Notre-Dame. Il faut des chefs pour gérer les marchés publics, le mécénat, rechercher les compétences des entreprises et des compagnons et, dans l’idéal, faire du chantier une vitrine des savoir-faire. En terminant dans cinq ans comme l’a réclamé le chef de l’Etat ? «C’était plus une incitation à pousser les feux qu’un délai», sourit Jean-Marie Duthilleul.

Et quid du «concours international d’architecture» pour la reconstruction de la flèche, annoncé lui aussi par Emmanuel Macron au lendemain du sinistre ? Il n’est pas encore à l’ordre du jour. Un appel aux architectes et aux urbanistes pourrait avoir lieu mais sur un sujet plus vaste que la seule flèche. Avec l’accord de la ville de Paris, l’établissement public va travailler sur un périmètre englobant les rues adjacentes, le square de l’arrière et le parvis du devant. Une consultation pourrait donc porter sur l’accueil à Notre-Dame, notoirement insuffisant, et sur son environnement immédiat. Si les équipes participantes avaient des propositions pour la flèche, elles seraient regardées comme le reste du rendu. Même si l’idée qui domine dans la profession est plutôt de rebâtir à l’identique la flèche de Viollet-le-Duc.

Débris. De toute façon, on n’en est pas là. Cinq mois après l’incendie, la mesure des dégâts n’est pas terminée et, déjà, tout est complexe. Exemple, les pierres. Celles qui ont subi l’incendie puis l’arrosage et, pour certaines, encaissé la chute de la flèche, sont-elles effritées, affaiblies, pulvérisées ? «Aujourd’hui, on ignore encore à quel point elles ont été explosées par l’incendie, explique Jean-Marie Duthilleul. La pierre de Notre-Dame est un calcaire qui tient jusqu’à 800 ou 1000 degrés. Après, cela devient du sable.» Seul moyen d’en avoir le cœur net : aller examiner les voûtes par le dessus. Sauf qu’elles sont invisibles, enfouies sous les gravats de la chute de la flèche.

Enlever ces débris alors ? Pas si vite. «La chance de la voûte, c’est qu’elle est chargée par les gravats», dit encore l’architecte. Leur poids reporte une partie des charges sur les murs et non pas sur les seuls arcs-boutants. A l’instant T, leur présence est capitale car s’il n’y a plus le toit ni les gravats, le subtil équilibre des charges, des poussées et contre-poussées n’existe plus et tout s’écroule.

Mais conserver ce tas de gravats n’est pas une solution pérenne. Il va falloir les enlever et, avant, soutenir les arcs-boutants avec des étais en bois. Rien à voir avec les grosses poutres qu’on aperçoit sur des immeubles menaçant ruine. Ces étais épousent exactement chaque courbe de la voûte sans coller à la pierre. Un sur-mesure taillé en bureau d’études. Le chœur est déjà étayé de la sorte et il reste une partie de la nef à sécuriser.

Le démontage de l’échafaudage métallique s’annonce encore plus délicat. Certaines parties ont été soudées par l’incendie, tout a joué. Comment et dans quel ordre découper ? «Les ingénieurs essaient d’anticiper les mouvements dès lors que l’on va commencer à découper telle ou telle pièce, explique Jean-Marie Duthilleul. Deux bureaux d’études sont sur le dossier. Ils confrontent leurs hypothèses.» Pour jouer à ce mikado-là, il ne faut pas avoir la main qui tremble.

https://www.liberation.fr/france/2019/09/11/notre-dame-les-ouvriers-en-ordre-de-bataille_1750771


news

01-03-2021
RASSEGNA STAMPA aggiornata al giorno 01 marzo 2021

16-02-2021
Audizione del Professor Salvatore Settis presso Assemblea Regionale Siciliana

08-02-2021
Appello di Italia Nostra - sezione di Firenze: Manifesto Boboli-Belvedere, febbraio 2021

31-01-2021
La FCdA contro il nuovo attacco all’archeologia preventiva e l’estensione del silenzio-assenso

18-01-2021
Petizione Petizione "No alla chiusura della Biblioteca Statale di Lucca"

27-12-2020
Da API-Mibact: La tutela nel pantano. Il personale Mibact fra pensionamenti e rompicapo assunzioni

25-12-2020
CORTE CONTI: TUTELA PATRIMONIO BASATA SU LOGICA DELL’EMERGENZA

03-09-2020
Storia dell'arte cancellata, lo strano caso di un dramma inesistente, di Andrea Ragazzini

06-06-2020
Sicilia. Appello di docenti, esperti e storici dell'arte all'Ars: "Ritirate il ddl di riforma dei Beni culturali"

06-05-2020
Due articoli da "Mi riconosci? sono un professionista dei beni culturali"

05-05-2020
Confiscabile il bene culturale detenuto all’estero anche se in presunta buona fede

30-04-2020
In margine a un intervento di Vincenzo Trione sul distanziamento nei musei

26-04-2020
Vi segnaliamo: Il caso del Sacramentario di Frontale: commento alla sentenza della Corte di Cassazione

25-04-2020
Turismo di prossimità, strada possibile per conoscere il nostro patrimonio

24-04-2020
Un programma per la cultura: un documento per la ripresa

22-04-2020
Il 18 maggio per la Giornata internazionale dei musei notizie dall'ICOM

15-04-2020
Inchiesta: Cultura e lavoro ai tempi di COVID-19

15-04-2020
Museums will move on: message from ICOM President Suay Aksoy

08-04-2020
Al via il progetto di formazione a distanza per il personale MiBACT e per i professionisti della cultura

06-04-2020
Lettera - mozione in vista della riunione dell'Eurogruppo del 7 aprile - ADESIONI

30-03-2020
Da "Finestre sull'arte" intervista a Eike Schmidt

30-03-2020
I danni del terremoto ai musei di Zagabria

29-03-2020
Le iniziative digitali dei musei, siti archeologici, biblioteche, archivi, teatri, cinema e musica.

21-03-2020
Comunicato della Consulta di Topografia Antica sulla tutela degli archeologi nei cantieri

16-03-2020
Lombardia: emergenza Covid-19. Lettera dell'API (Archeologi del Pubblico Impiego)

12-03-2020
Arte al tempo del COVID-19. Fra le varie iniziative online vi segnaliamo...

06-03-2020
Sul Giornale dell'Arte vi segnaliamo...

06-02-2020
I musei incassano, i lavoratori restano precari: la protesta dei Cobas

31-01-2020
Nona edizione di Visioni d'Arte, rassegna promossa dall'Associazione Silvia Dell'Orso

06-01-2020
Da Finestre sull'arte: Trump minaccia di colpire 52 obiettivi in Iran, tra cui siti culturali. Ma attaccare la cultura è crimine di guerra

Archivio news